Sur certains métiers, postes ou fonctions, les PME rencontrent parfois de réelles difficultés

Attirer les perles rares et les hauts potentiels

« Certains de nos clients parlent même de pénurie, constate Pascal Leclere, gérant associé du cabinet Potentiel, dont la clientèle est composée à 90 % de PME implantées en région.

Sur les métiers informatiques et les fonctions commerciales – surtout les cadres commerciaux qui travaillent en “B to B” – le manque de postulants est évident : il est difficile de rivaliser avec les niveaux de salaire très élevés des grands groupes. Les PME ont donc tout intérêt à soigner les à-côtés, ce qu’on appelle la rémunération globale. »

Autre cible prisée mais ardue à convaincre, les experts, qu’ils soient juridiques, financiers… “Un contrôleur de gestionou un DAF, par exemple, sont trop chers pour une PME, alors que celle-ci peut embaucher un bon responsable administratif et financier en vantant la polyvalence du poste : il ou elle aura en charge la comptabilité, la paye, la trésorerie, les relations avec les experts-comptables, jusqu’au bilan ! » souligne Pascal Leclere.

Article de Julie Le Bolzer paru dans Les Echos -19 avril 2012