Pourquoi la génération Y devrait-elle tenter l’aventure PME ?

La génération Y

Par quoi se définit-elle ? Certains la caractérisent par ses dates de naissances comprises entre 1980 et 2000 ou encore par le fait qu’elle succède à la génération X, d’autres pensent que cela correspond à une façon plus exigeante d’envisager le monde du travail. Mais la vraie différence des Y se situe dans l’environnement dans lequel ils ont grandi. En effet, ils sont la première génération à avoir eu accès, dès leur plus jeune âge, aux téléphones portables, ordinateur, mp3 et autres gadgets en tout genre. Accros à l’information et aux réseaux sociaux, cette génération est habituée à la satisfaction immédiate. Quand autrefois il fallait se rendre à la bibliothèque ou trouver un ordinateur pour aller chercher l’information sur la « toile », eux n’ont qu’à se connecter à internet grâce aux smartphones pour obtenir la réponse à une question dans la minute.

Cela a donné lieu à de nombreux fantasmes sur une génération d’indépendants qui quittent leur poste dès qu’ils ne sont plus satisfaits. Mais encore faut-il en avoir un ! Ces profils juniors peinent souvent à trouver une entreprise qui leur correspond. Ils rêvent d’intégrer une société avec une image de marque forte qui leur parle. Ils s’imaginent déjà dans un open space entourés de créatifs « branchés », se voyant confier des missions importantes. Mais il n’y aura pas de la place pour tous. Il existe une alternative tout aussi attrayante aux grands groupes qui reste moins visible pour les candidats même si elle gagne en notoriété. En effet, de plus en plus d’actifs de tout âge se tournent vers les PME. (voir : https://www.potentiel-conseil.fr/ils-ont-plaque-un-job-geant-pour-rejoindre-une-pme/)
Notoriété des PME/PMI

Malgré le fait qu’elles représentent 82% de la création d’emplois en France, les PME/PMI souffrent d’une faible visibilité médiatique. Les jeunes diplômés connaissent mal ces sociétés qui vendent des produits techniques dans un marché de niche et dont le siège est souvent situé dans une ville de province. Et pourtant, en acceptant d’être plus mobiles, de sortir des grandes métropoles, ils pourraient avoir accès à des entreprises innovantes, ancrées dans le tissu économique de leur région. Celles-ci peuvent offrir des postes avec beaucoup d’autonomie et de polyvalence. Les opportunités d’évolution sont réelles et l’esprit d’entreprendre y est favorisé. On appartient alors à une équipe avec la satisfaction commune de voir grossir cette structure dans laquelle on s’investit. Les relations humaines ont une place importante dans ces entreprises où souvent tout le monde se connait. Ce n’est donc pas l’envie qui manque aux PME/PMI d’employer des jeunes diplômés. Il leur manque juste, à elle, de la visibilité et aux candidats, de la mobilité. C’est dans cette étape du processus de recrutement qu’interviennent les cabinets de conseil en recrutement et ressources humaines comme POTENTIEL.

En effet, l’expérience de Potentiel dans les Ressources Humaines leur permet de mettre en relation les PME, les PMI et les candidats qui ont le plus à gagner dans une collaboration. C’est leur travail d’être non seulement des consultants en recrutement, mais surtout des facilitateurs de rencontre humaine.

GdeC

Cabinet Potentiel

Conseil audit, coaching et recrutement

À Lyon et à Paris